Certificat professionnel ou Diplôme. Comment s’y retrouver ?

Savoir les différencier pour mieux comprendre l’utilisation de chaque termes. 

Aujourd’hui, on peut accéder à un métier par de multiples façons. Il peut y avoir la voix de l’université, de l’IUT, de BTS, de filaires professionnelles typique au métier de son choix…. Certains chemins peuvent êtres fait dans l’enceinte de l’établissement en études continues, mais d’autre peuvent se faire en alternance (études et travail), d’autres encore se font à distance (envoie de leçons et internet). Il y a un pêle-mêle si large pour choisir la manière qui nous convient le mieux et surtout celle qui nous correspond. Oui car aujourd’hui nous avons l’opportunité de reprendre des études à tout âge. Cela est vrai positif pour les personnes souhaitants une reconversion ou celles qui n’ont pas eu l’occasion ou la possibilité de faire des études. Il faut également prendre en compte la justification de sa qualification dans le métier envisagé par le biais de la formation choisie.

En effet pour en venir au vif du sujet de cet article, nous trouvons pour toutes ces formations plusieurs «titres» pour valider les acquis : diplôme, certification professionnelle, certificat de fin de formation…

Comment s’y retrouver ? Quelles sont les différences ? Y en a t’ils des mieux que d’autres ?

Déjà les définir :

  • un diplôme = Ce mot vient du grec ancien « diploma », cela signifie « plié en deux ». C’est un acte écrit généralement par une autorité représentante de l’acte en question. Cette autorité confère ou atteste un droit. Celui ci peut être une patente, un titre, une décoration, un prix ou encore un grade universitaire.

          Jusqu’à la fin du XXème siècle, le diplôme se présentait encore souvent de la même façon que les brevets royaux et vieux titres nobiliaires. Aujourd’hui on le voix sous différente forme avec ou sans   cérémonie, au bon vouloir des établissements.

          Le diplôme donne une identité au niveau d’études, des connaissances ainsi que des compétences. On le reconnaît acquit à la fin des études, après le passage d’un examen ou par équivalence qui sera acquis avec l’expérience et validée, par la reconnaissance de c’est acquis avec un contrôle de c’est derniers : le VAE.

d’autres titres peuvent donner cette identité, de son niveau de compétence.

  • la certification professionnelle = c’est un écrit visant la reconnaissance d’une maitrise professionnelle. Cet écrit est émis par une autorité professionnelle représentant la profession visée, mais délivré par l’État. Ce titre est reconnu au RNCP (Ce sera ce dernier qui, sur ce site sera mis à l’honneur. La cause en est, qu’il s’obtient lors d’une formation complète pour devenir coach professionnel certifié.)

Elle s’acquière à l’issue d’un cursus de formation. Puis se délivre suite à une validation et vérification des connaissances acquises référencées pour l’activité professionnelle visée. La certification professionnelle se voit attribuée un niveau étude défini par des critères précis, établis par le Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnel et du dialogue social. .

En France, il existe différents types de certifications professionnelles : (Pour associer cet article à son site principal, qui est basé sur le coaching, tous les types seront nommés mais seuls ceux reconnus par l’État et recensé au RNCP seront détaillés).

  • Les diplômes et titres à finalité professionnelle. C’est derniers sont délivrés au nom de l’État.
  • Les diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés par diverses organismes.
  • Les certificats de qualification professionnelle, (CQP) délivrés par les branches professionnelles.
  • Le socle de connaissances et de compétences professionnelles.
  • Les certifications et habilitations recensées par la Commission Nationale de la de la Certification Professionnelle (CNCP).

Seules les trois premiers types sont récences au Répertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP). C’est à dire que tout titre de formation recensé au RNCP a un niveau de formation reconnu par l’État Français.

 

Nomenclature relative au niveau de diplôme 

Années après le Bac Titre du diplôme Niveau de diplôme
…. CAP, BEP Niveau V
Bac Baccalauréat Niveau IV
Bac + 2 DEUG, BTS, DUT, DEUST Niveau III
Bac + 3 Licence, Licence LMD, licence professionnelle Niveau II
Bac + 4 Maîtrise, master 1 Niveau II
Bac + 5 Master, DEA, DESS, diplôme d’ingénieur Niveau I
Bac + 8 Doctorat, habilitation à diriger des recherches Niveau I
Dispenses de titres Mère ou père de trois enfants, sportifs de haut niveau
Sources : nomenclature des diplômes par niveaux – Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

 

l’organisation et la réflexion font d’un méli-mélo, un avenir radieux.
En conclusion il y a plusieurs reconnaissances officielles par l’État du niveau de étude :
  • la reconnaissance académique (diplômes universitaire, Bac + 3, + 5…..)
  • la reconnaissance de la certification professionnelle allant du niveau V au niveau I. Le RNCP étant la source de référencement de cette reconnaissance professionnelle.
  • la reconnaissance par le centre ENIC-NARIC France, (attestation pour les titres obtenus à l’étranger).
  • Et bien d’autres…

L’avis du Coach : (cela n’engage que moi et je reste ouverte à la discussion respectueuse)

Il est souvent entendu qu’un professionnel ayant un diplôme sera meilleur dans son métier que celui qui aura un certificat professionnel. Je ne suis pas de cet avis. Une formation donnant accès à un certificat professionnel est dans la grande partie des cas très complète et dense. De ce fait un certificat professionnel fait preuve des compétences acquises du titulaire. Certes un diplôme est mieux vue et fait preuve d’un niveau d’étude plus élevé et surtout ouvre à des métiers nécessitant des études plus longues et plus complexes. (ex : on ne fera pas de certificat pour les infirmières…)

Pourtant un professionnel ayant un diplôme aura pu être bon dans ses études pour l’obtenir mais ne sera pas bon dans son métier. A contrario un professionnel ayant un certificat professionnel aura un parcours d’étude peut-être moins « redevable » mais sera dans le même corps de métier que le premier, un très bon professionnel. Bien entendu cela va dans les deux sens.

Pour résumer sur le long terme, pour un même métier, les deux personnes peuvent avoir un niveau équivalent dans leur métier. Si on prend le coaching comme métier qui peut être exercé en passant par l’université, ou par des organismes comme des écoles de coaching (centre de formation), on peut trouver des très bons coachs certifiés et trouver des coachs diplômés de l’université qui seront moins efficaces. Comme dit cela fonctionne dans les deux sens.

Il me paraît important d’ajouter que l’on trouve  également de nombreux « coach » sans aucune formation, qui se proclament sous cette appellation sans justification de savoir exercer ce métier.

Pourquoi vérifier si son coach est diplômé ou non ? Quelles sont les différences entre celui qui l’est et celui qui ne l’est pas ? (ici mon prochain article sur ce sujet)

 

 

 

Laisser un commentaire